La sexualité des adolescents en RDC

Il existe un courant selon lequel l’adolescence  serait un phénomène des
centre villes. Les jeunes vcivants  dans les coins traditionnels passents
par des initiations. Ces dernières sont des rites  qui font passer de
l’enfance à l’âge adulte. Ceux qui vivent au centre-ville n’ont pas accès
à cette éducation. D’où ils passent par l’ “adolescence” qui est une
période qui fait transiter de l’enfance à l’âge adulte.

Mais généralemnent, toute personne d’entre 10 et 24 est considérée comme
adolescente.
Les adolescents  vivent beaucoup de problèmes . Parmi, il y a ceus liés à
la sexualité.

La sexualité en Afrique a une identité: le tabou. Ses problèmes dans le
continent africain vont dans le sens des mutilations génitales(comme dans
certaines tribus  du Nord, de l’Est et du Sud-Est),les grossesses
indésirables, etc.
L’ignorance  des notions liées à la sexualité,les coûtumes ou traditions
seraient à la base de ces faits détruisant l’ingtégrité corporelle,
morale,,psychique et psycologique des adolescents, surtout de la jeune
fille.

En République Démocratique du Congo, tout comme dans la plupart des pays
africains, l’abscence  des informations correctes en matières de la
sexualité est l’une des causes des problèmes de sexualité des adolescents.
Et délaissés par les aînés génés, par tabou, ils n’ontb pas assaz de
centres vers lesquels se tourner pour être encadrés. Moins encore des
stuctures de prise en charge.

En République Démocratique du Congo, les adolescents d’entre 10 et 24 ans
compose 32,8% de la population congolaise. Le Programme National de le
Santé des adolescents revèle que 75% des adolescents congolais de 15 à 24
ans déclarent avoir déjà eut des relations sexuelles. Vingt-cinq pour cent
disent l’avoir eut de maière occasionnelle.

Il peut être constaté que bon nombre des jeunes pratique la
sexualité. Cependant, peu se protègent des MST. Cela suite au manque
d’informations par rapport aux comportement sexuels à avoir.

Dans la capitale politique, Kinshasa, il y a iun centre pour adolescents
dénomé “BOMOTO”. Les jeunes y vont pour recevoir des soins contre
les maladies sexuellement transmissibles. Cela à de moindres coûts. Mais
les jeunes y vont rarezment de manière volontaire our s’informer. C’est
tout ce qui fait que peu d’adolescents se protègent.

Le Programme National de la Santé des Adolescents( PNSA) dévoile que 6% de
la jeunesse congolaise utilisent le préservatif.
87% des jeunes femmes de 15 à 24 ans et 89% de celles de 15 à 49 ans
auraient déjà entendu parler  du VIH/SIDA. Seuls 15 % d’adoilescentes en
possèdent des connaissances approfondies. Les jeunes infectées du
VIH/SIDA subissent des discriminations. Seulement 7% des jeunes ont des
attritudes bienveileantes à l’égard des ces jeuenes PVV. Ce , suite à
l’ignorance dont est victimes la jeunesse sur tous les plans dela
sexualité.

Les stratégies qui ressortiront se ce forum par rapport à ce problème de
sexualité,nous  donnera plus de moyens efficaces pour lutter contre les
conséquences qu’ils entraînent. Participer à ce forum est une manière de
renforcer nos capcités en matières des stratégies pour avancer dans nos
multiples combats. Vive le forum des jeunes féministes d’Afrique Centrale!
Vive les jeunes Féministes!

RAÏSSA-Santia MUADI,Association Estudiantine Féministe, RDC.

 

 

 

 

 

Leave a Reply